Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog du MARGOUILLAT

Journal de Bord volume 6 : Cap Vert - Sao Vicente & Santa Luzia

Vendredi 21 : briefing d’information sur les possibilités locales. Déjeuner à l’alliance Française, sympa comme à Dakar, cadre ombragé très agréable, bonne cuisine locale simple, et bon marché. Nous commençons à organiser le programme de ces deux semaines dans l’archipel. Sur les conseils de la responsable de l’alliance Française, une Cap Verdienne mariée à un Français, je prends contact avec des habitants de l’île de Sao Santao qui ont des chambres d’hôtes pour organiser un trek dans cette ile, réputée pour ces circuits de randonnés, très peu de route carrossable, ces cultures de canne à sucre et de café . Nous irons avec un autre couple, Jean-Jacques et Marie Claude sur un Alliage 44, nommé TAO.

Samedi 22 : avitaillement le matin, beaucoup de petite superette, peu de produit, mais il y à l’essentiel. Mindelo est une ville de 70 000 habitants, la ville est propre, les Cap Verdiens accueillants, métissage incroyable entre l’Afrique et l’Amérique du sud, avec un petit poil d’Europe. Beaucoup baragouine le français, je me fais comprendre en parlant italien, d’autres avec l’Espagnol. J’avais organisé (en louant un allugher avec chauffeur, genre de taxi brousse collectif) avec d’autres bateaux une ballade pour monter au Monte Verde 800 m, puis descente sur la Baia das Gatas (des requins). L’ile est vraiment sèche, végétation rabougrie, déformée par le vent, pourtant on aperçoit de vieille éolienne qui pompaient les eaux du sous-sol dans des petites vallées. Cette sécheresse vient d l’action conjuguée de l’homme et du changement climatique. Village de pécheur, les bateaux multicolores sont équipés de voiles latines, fabriquées avec des sacs de céréales en matière synthétique. Soirée au Nautico, musique cap Verdienne, et punches (rhum local avec du lait de coco ou un jus de mangue ou goyave) guitares, youqulélé, tambourin et autres percussions. Les chanteurs passent de bar en bar, ils prennent le micro, chantent, boivent un coup, et s’en vont dans un autre bar. Ambiance très chaude, avec une grande mixité sociale, nous retrouvons un manœuvre de la marina, un pécheur qui nous avait proposé des langoustes, ils dansent tous très bien et invitent les femmes.

Dimanche 23 : nous organisons entre nous un déjeuner sur la plage de Calhau, à l’autre extrémité de l’ile, chez Loutcha, une institution Cap Verdienne de la restauration. Magnifique site, baignade dans les rouleaux, superbe buffet à base de poissons et légumes. Nous sautons le dîner et allons le soir en ville écouter de la musique, atmosphère bonne enfant, très famille, beaucoup d’enfants. Nous assistons par hasard à une démonstration de Capoeira, art martial Brésilien.

 

Lundi 24 : départ pour l’île de Santa Luzia, distante de 25 milles, nous partons à 6 bateaux du RIDS. Après 4h de navigation sans problème, nous mouillons dans une grande baie au sud, Cette ile est déserte, pas de végétation des couleurs de terre ocre, de rocher et pierre volcanique, de sable banc et noir, pur ou mélangé, cela rappelle fortement le Tassili. Nous allons à l’aventure en annexe, malgré les gros rouleaux qui déferlent sur la plage. On s’approche prudemment, on compte les vagues, généralement 7 puis une accalmie, on fonce, on saute et on porte l’annexe sur le sable. Fr me rejoint sur une autre annexe et pas de chance l’atterrissage se passe mal le dernier rouleau prend l’annexe de travers, elle se retourne Fr et Ma se retrouvent sous l’annexe un peu groguies, heureusement le moteur avait bien été stoppé. Plus de peur que de mal, mais perte des lunettes, des avirons et du banc de nage ; Le lendemain, seule une pagaie sera retrouvée. Nous allons à la rencontre de pécheurs, ils viennent de Sao Vicente, pêchent 2 à 3 jours, dorment chaque soir sur la plage et vont vendre leurs poissons au marché de Mindelo. Le poisson est stocké dans des vieux frigos bourrés de glace. Nous les aidons à dépanner un moteur hors-bord. Nuit un peu mouvementée sur le mouillage à cause des vents violents rabattants qui déboulent des monts de l’ile. Le bateau de Gérard dérape.

Mardi 25 : pêche s ous-marine autour d’un rocher, petit mérou, poisson perroquet, carangues…Les pêcheurs Monique, Serge, Alain et Jean-Jacques nous apportent leurs poissons à déguster. Ballade saharienne à pieds pour découvrir l’autre versant de l’ile, la côte au vent. Alain de Johan un catamaran Lagoon 420, nous invite à dîner nous sommes 12 autour de la table, ces catas sont de vraies maisons flottantes, il y a 100 m2 habitables. Les poissons sont grillés au barbecue installé sur un coté du bateau. Retour en annexe, la nuit est vraiment noire sur l’eau.

Mercredi 26 : Carénage du bateau avant de repartir pour Mindelo. Nous passons par le sud de l’ile, cote inhospitalière de falaise de basalte et lave qui tombe dans la mer. Le soir nous invitons nos amis MC et JJ de Tao à dîner dans un restaurant typique, Tradissom et Morabeza. Nous avons apprécié ces quelques jours avec nos hôtes de TAO, ils qualifient leur voilier de bateau de voyage, il est donc très confortable, aéré, clair mais moins performant en vitesse, avons aussi aimé leur façon de naviguer en couple.

 

Jeudi 27 : départ pour l’ile de Sao Santao par le ferry de 7h45.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Le blog du MARGOUILLAT

Le blog du Margouillat est édité par Françoise et Thierry pour leurs familles et leurs amis

HTML

HTML.....

Module 2

module...

Hébergé par Overblog