Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog du MARGOUILLAT

Journal de Bord volume 4 : Dakar

Jeudi 30 : Nous sommes mouillés devant l’hôtel Teranga Sofitel et bénéficions de la piscine et des sanitaires. L’hôtel est situé à coté de la présidence, au centre ville, place de l’Indépendance. Nous avons essayé de débarquer avec l’annexe mais nous avons vite renoncé à cause des rouleaux qui brisent sur la plage avec des gros cailloux. Demain un service de navette sera organisé, la barcasse est manœuvrée par Gustave et Molo. Première sortie en ville, nous sommes vite saisis par la pauvreté, l’état de la ville, les voitures dans tous les sens, on ne peut pas marcher sur les trottoirs, et les sénégalais nous sollicitent de tous les côtés pour vendre quelque chose ou de l’argent. Ils disent eux même, on est collant comme des mouches mais on ne pique pas. C’est très vrais, ils sont toujours très gentils et souriant quelque soit leur situation. Nous faisons quelques courses au Casino, peu de produits locaux, sur les fruits et légumes provenance « avion »…Ensuite la journée se passe sur Internet pour alimenter le blog, téléphoner à nos famille et enfin piscine. Le soir pour liquider la dorade nous invitons 6 personnes à dîner, cette fois au curry.

Vendredi 31 : Nous partons ce matin à la découverte du marché Kemeur, dit marché des toubabs, il faut néanmoins avoir le cœur bien accroché. Marché couvert circulaire avec des anneaux concentrique fruits, légumes, viande et poissons, autour des baraques d’objets artisanaux avec des vendeurs très accrocheurs. Déjeuner léger au bar de la piscine.

Samedi 1er novembre : Nous allons au marché de Sandanga pour chercher des tissus et pagnes africains. Nous savons mieux gérer les sollicitations des sénégalais dans la rue, toujours garder le sourire, rester poli, serein et aimable, avoir la patiente qu’ils se lassent les premiers. Dans ces conditions c’est difficile de faire des achats. Nous reviendrons un autre jour. Par contre nous avons trouvé une laverie impeccable. Déjeuner au Centre Culturel Français, parc de verdure avec un bâtiment ancien, crépie de rose. Menu simple, bon marché, cuisine sénégalaise, Thiof (mérou/bar local) grillé, poulet Yassa (oignons) ou Mafé (arachide). Il y a une boutique artisanal commerce équitable, essentiellement des vêtements, une jeune femme Fari Sy fait travailler des tisserands des teinturiers et des couturières, tout un village, elle est charmante et passionnante. C’est aussi une très belle femme, comme beaucoup de sénégalaise et sénégalais qui sont généralement grand et mince.

Dimanche 2 : Le matin carénage du bateau avec masque tuba et palme, rangement et divers réparation, il y en a toujours… Après midi sur Internet, toujours problématique, ça ne marche pas, ou bien débit très faible, on y consacre beaucoup de temps pour peu de résultat, Skype ne passe pas car la qualité des liaisons et insuffisante. Depuis Ténérife je ne peux plus envoyer d’email par contre je les reçois bien. Au moins le blog lui, même si c’est un peu long pour charger les photos, marche toujours. Nous avons hissé le grand pavois comme les autres 24 bateaux, cela à de la gueule et tous les Dakarois sont au courant de notre arrivé.

Lundi 3 : Départ pour Gorée, avec la chaloupe de 11h, Olivier, contacté la veille, nous attend au débarcadère. Il y habite depuis un an dans une magnifique maison de couleur rose avec une cour intérieure, qui relie les deux bâtiments. Nous repartons aussitôt pour découvrir cette ile plein de charme, petites ruelles pavées ou en terre très fleuries, des bougainvilliers de toutes les couleurs. Olivier est connu de tous les Goréens, et semble très apprécié. Parmi les nombreux artisans et artistes en tout genre, Olivier nous présente quelques uns de ces amis artistes avec lesquels il a une relation approfondie. En particulier Mamoud le roi de la récupération, qui transforme les déchets en œuvre d’art. Retour vers 18h30, un grand merci à Olivier pour son accueil et ses discussions passionnantes sur l’aide aux pays émergeants. Sur le bateau JL et E nous attendaient pour fêter l’anniversaire de Fr, Champagne et superbe dîner à bord. Soirée sympathique et chaleureuse.

Mardi 4 : E. apprend le décès de sa maman, elle était très diminuée depuis plusieurs mois. Elle rentre rejoindre sa famille mercredi soir, nous la retrouverons au retour du Siné Saloum, elle aura néanmoins la joie de faire connaissance avec son dernier petit fils âgé d’un mois, ainsi va la vie. Nous nous baladons dans Dakar et déjeunons au centre culturel français, tours très sympa. Librairie aux 4 vents pour trouver un livre sur Gorée. Les libanais sont très nombreux et semblent tenir le commerce. Ils ont leur propre école. Bien que le Sénégal soit musulman à 80%, cela n’est pas visible, les femmes semblent libre dans leur façon de s’habiller, du traditionnelle au plus moderne. Le soir nous allons dîner chez Loutcha avec l’équipage d’un autre bateau, ou l’un d’eux fête ses 70 ans. Cuisine sénégalaise, ambiance très bruyante et chaude.

Mercredi 5 : Dernière course de ravitaillement à Casino pour l’épicerie et les vendeurs de rue pour les fruits et les légumes. Ménage sur le bateau, intérieur et extérieur, beaucoup de poussière de latérite, rouge. Dans l’après-midi nous prenons un taxi pour le port de pêche de Soumbédianne. Le chauffeur est une femme Mag, elle sont 10 dans Dakar, c’est une initiative du ministère de la femme, elles ont un prêt pour acheter la voiture et ont subi un examen. En fait de port c’est une grande plage avec des centaines de pirogues tirer sur le sable, elles rentrent de la pêche à partir de 17h, des centaines de personnes hommes et femmes les attendent pour acheter leurs poissons et les revendre. Il y a des étalages en haut de la plage, ce sont les femmes qui les préparent en majorité, beaucoup, beaucoup de monde. Difficile de prendre des photos, les femmes peuvent être agressives, je demande la permission au préalable. Le retour des pirogues bariolées au coucher du soleil est un magnifique spectacle. Dommage que la plage soit aussi sale, avec des détritus partout, surtout ce foutu plastique…

Jeudi 6 : 6h00 départ pour Djifer à la pointe de Sangomar, l’embouchure du delta du Siné-Saloum. Bonne marche sous spi, comme d’habitude nous sommes en tête du peloton, voire photo. Vous ne pourrez pas le vérifier sur le site des ilesdusoleil.com car on nous a enlevé les balises de positionnement, de nouveaux modèles seront installés au retour à Dakar. C’est une zone de pêche, multitude de pirogue, de casier et de filet, il faut être très vigilant. Passage délicat pour entrer dans le delta, 3 à 4 m d’eau seulement, nous nous mettons en file indienne et suivons une pirogue. Mouillage devant Djifer, village de pécheur. Dîner à bord avec le thon juste pêché sur le trajet.

Vendredi 7 : Nous partons en pirogue pour se balader dans la mangrove, Pélican, aigrette, hérons et singes sans oublier les poissons volants. Visite d’un village de pécheur, nous allons voire l’école du village et sommes reçus par le directeur de l’école qui nous emmène dans sa classe, les enfants nous chantent la bienvenue. Ils apprennent le français et plus-tard le Wolof qui est la langue parlé par toutes les ethnies du Sénégal. Les femmes ramassent des coquillages, ce sont des coques. Les coquilles servent à la construction des bâtiments. Le soir dîner Sénégalais à terre, de la carpe rouge au yassa.

Samedi 8 : nous attendons la renverse de marée, 13h30 départ pour Foundioune, nous remontons le Saloum, 4 heures de moteur en convoie, les dériveurs en tête pour sonder. Attention aux filets à crevettes et aux bancs de sable.

Dimanche 9 : Départ à 6h00 pour Mar-Lodge pour assister à la messe catholique traditionnelle avec chant et Tamtam. 2 heures de pirogue, il fait nuit noire, sans lune, magnifique lever du soleil sur le Saloum et la mangrove, nous pénétrons dans les bolons – petit bras. Mar-Lodge est dans une île, on accoste, quelques minutes de marche à la rencontre des charrettes a cheval, 1h30 de charrette, en brousse, jolies villages propres, car il n’y a pas de déchets, plastique, ferraille…Comme toujours bon accueil, bon enfant, grand sourire… La messe est moitié en Wolof, moitié en Français, célébrée par un jeune prêtre. Chants de type choral accompagnés par des tamtams, un cora et un piano électronique, beaucoup de ferveur dans l’assemblée. Déjeuner au bord de l’eau, barracudas avec du riz et des oignons, bananes, bière locale Gazelle. Retour en charrette et pirogue à la nuit, multitude d’oiseaux en brousse avec des couleurs métalliques et dans la mangrove.

Lundi 10 : Exploration du village de Foundioune, aujourd’hui quelques milliers, il y a 20 ans 70 000 avec des industries de l’arachide, ils ce sont concentrés sur Kaolack. Rencontre insolite par hasard avec le sous-préfet qui nous explique son job et ses difficultés, puis nous reçoit chez lui avec sa famille. Sa maison est en mauvais état, mais elle ressemble beaucoup à celle que nous avions à Ouagadougou. C’est un modèle de l’administration coloniale. Déjeuner sympathique au village, riz et crevettes avec les voileux, au son des tamtams et des chants et danses de femmes.

Mardi 11 : Nous repartons pour Djifer avec la marée.

Mercredi 12 : Départ à 6h00 pour Dakar, notre trace GPS est insuffisante nous suivons un autre bateau pour passer le seuil de 4 m. Bon vent au départ, au plus prés bon plein, depuis Gibraltar cela n’était jamais arrivé, toujours des allures portantes. JL va chercher E à l’aéroport de Dakar.

Jeudi 13 : repos, quelques courses, centre culturelle français.

Vendredi 7 : Excursion organisée par RIDS, visite du lac Rose au nord de Dakar, et des dunes de la petite côte, c’est là que se faisait l’arrivé du Paris-Dakar, qui est bien regretté ici. Le lac rose, est très salé, le sel est exploité, la couleur rose vient d’une algue. Nous sommes en 4x4, gymkhana dans les dunes et sur la plage…L’après-midi visite de la réserve de Bandia, animaux peu farouche, le plus beaux sont les girafes. Retour impressionnant sur Dakar, a cause de la densité du trafic, l’état des routes et des véhicules des marées humaines sur la route, de la saleté, misères, bidons villes continus, du à l’attraction de la ville des miséreux.

Samedi 8 : Avitaillement au Casino de Dakar et aux petits marchants ambulants pour les fruits et légumes qui sont plus beaux et moins cher que chez Casino. Ce soir nous un cocktail offert par le ministre du tourisme.

Dimanche 9 : Nous partirons à 14h pour Le Cap Vert, comte tenu de nos performances nous sommes dans le 2eme groupe ! Le 1er groupe partira à 8h.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

anne catherine 15/11/2008 21:03

De retour d'une randonnée en montagne nous trouvons votre nouveau journal de bord avec grand plaisir...comme si on y était. Que de découvertes et de rencontres passionnantes!!Des souvenirs pour des années.
Ici tout va bien, les activités battent leur plein. Beaucoup de déplacements dans tous les sens. De Paris à Los Angeles en passant par Grenoble les enfants sont tous ravis dans leurs domaines.
Avec quelques jours de retard nous voulons serrer très fort Françoise dans nos bras en guise de joyeux anniverssaire!!
J'utilise le blog d'AC car il faut que je redemande le branchement sur le mien car il semblerait que cela n'ait pas fonctioné la première fois.
Nous serons au cap ferret à Noël à partir du 20 et repartirons probablement avant le 31 pour être ensuite le 1 ou le 2 à Berck chez Kary et Yves pour fêter les 90 ans de Françoise Gallais.
Pensons fort à vous et vous souhaitons une bonne traversée pour les jours à venir car je crois me souvenir que cela ne saurait tarder. Alors bons alizées...
David et Anne Catherine

Le blog du MARGOUILLAT

Le blog du Margouillat est édité par Françoise et Thierry pour leurs familles et leurs amis

HTML

HTML.....

Module 2

module...

Hébergé par Overblog